Le déclin de la démocratie française (partie 2) : l’impossibilité d’une alternance réelle

Shares

Après avoir expliqué la marginalisation préoccupante du Conseil d’État et du Parlement par l’Exécutif, nous poursuivons notre réflexion sur le déclin de la démocratie française. Alors qu’Emmanuel Macron vient d’affirmer qu’une dictature est un régime qui ne permet pas de changer ses dirigeants, il s’avère que la France est intégrée dans un système supranational qui empêche toute alternance réelle, en particulier sur le plan économique. Comme nous le verrons, l’alternance aux prochaines échéances présidentielles et législatives est dans tous les cas compromise. En effet, il est prévu que les électeurs français se retrouvent face à un non-choix : voter pour l’unique parti de gouvernement face à une opposition d’extrême droite qui, à l’aune de nos règles constitutionnelles, ne serait certainement pas en mesure de gouverner. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
Shares
Comments are closed.