EXCLUSIF : Autour des recherches de Shi Zhengli, une affaire d’États (partie 1)

Shares

Le 3 avril dernier, sur la foi de nos propres sources, et en recoupant des évaluations d’experts réputés, nous affirmions qu’une fuite accidentelle du SARS-CoV-2 depuis un labo de Wuhan n’était pas à exclure – tout en soulignant que ce n’était qu’une hypothèse, et que ce virus n’avait pas été créé artificiellement. Dans les jours qui suivirent la publication de notre analyse, il fut révélé qu’un nombre croissant de scientifiques, ainsi que les renseignements américains et britanniques considéraient eux aussi que ce scénario de fuite accidentelle n’était pas à écarter. Parallèlement, nous apprenions que le gouvernement chinois avait multiplié les efforts pour contrôler les travaux des scientifiques locaux sur les origines de cette pandémie, et ce depuis début janvier. Or, il s’avère qu’à l’issue de notre enquête, un nom revient sans cesse : celui de la virologue chinoise et spécialiste des coronavirus Shi Zenghli. Voici donc la première partie de notre investigation sur cette épineuse affaire d’États, au pluriel.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
Shares
Comments are closed.