Au Yémen, les djihadistes anti-Charlie Hebdo sont les mercenaires de nos alliés du Golfe

Shares

Depuis le 3 septembre se tient le procès des attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et de Montrouge. Hélas, depuis ces tueries, l’hystérisation du débat public sur l’islam empêche tout dialogue serein, et il suffit de s’en inquiéter pour être traité de « collabo ». Il est donc regrettable que la question des alliances de Paris avec les pétromonarchies du Golfe ne soit pas débattue pendant ces audiences. En effet, dès le printemps 2015, notre Exécutif a soutenu l’effort de guerre de l’Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis au Yémen, qui souhaitaient vaincre les rebelles houthis pro-iraniens. Dans cet objectif, Riyad et Abou Dhabi ont recruté, armé et financé de nombreux djihadistes d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), soit l’organisation qui avait formé l’un des frères Kouachi en 2011 pour attaquer Charlie Hebdo. Analyse d’une inquiétante schizophrénie occidentale, qui ne suscite aucune réaction chez nos confrères les plus enclins à critiquer l’islam sous n’importe quel prétexte. 

 

AQPA, l’inspiratrice et commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo

 

Dans un récent article, notre confère Matthieu Suc a détaillé le voyage de Chérif Kouachi vers le Yémen, à la fin du mois de juillet 2011. Transitant par Oman, il avait utilisé le passeport de son frère Saïd pour déjouer les contrôles aéroportuaires, puis s’était illégalement introduit en territoire yéménite avec son complice Salim Benghalem – qui finira par rejoindre Daech en Syrie à partir du printemps 2013. Une fois au Yémen, Kouachi et Benghalem « seraient alors convenus avec Anwar al-Awlaqi, responsable des opérations extérieures [d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique], d’un projet d’attaque visant en France les rédacteurs de magazines ayant publié ces contenus jugés blasphématoires à l’égard du Prophète », selon une note de la DGSI citée par Matthieu Suc. Kouachi et Benghalem reçoivent alors une formation militaire dans un camp d’AQPA, puis retournent en France avec leur sinistre projet en tête. 

 

Le 30 septembre 2011, Anwar al-Awlaqi est tué par une frappe de drone qui ne sera reconnue qu’en mai 2013 par l’administration Obama. Malgré cette élimination, l’ordre d’al-Awlaqi sera exécuté trois ans et demi plus tard par Chérif Kouachi et son frère, en ce funeste matin du 7 janvier 2015. Ce jour-là, huit membres de la rédaction de Charlie Hebdo, l’un de leurs invités, deux policiers et un agent de maintenance sont assassinés par ces deux terroristes, qui se revendiqueront deux jours après comme des membres d’AQPA, et qui désigneront al-Awlaqi comme le commanditaire et le financeur de cette tuerie.

 

Depuis le 3 septembre dernier se tient le procès de ces attentats, et de ceux perpétrés par Amedy Coulibaly à Montrouge puis à l’Hyper Cacher. Or, comme l’on pouvait s’y attendre, ces audiences ont donné lieu à une vive polémique, où des intellectuels et des journalistes sont à nouveau accusés d’avoir « préparé le terrain à l’attentat » contre Charlie Hebdo. Si le fait d’en vouloir à ceux que l’on perçoit comme des complices du djihadisme est compréhensible, il est regrettable que la politique étrangère de l’État français soit totalement occultée de ce débat. Un retour en arrière est indispensable pour le comprendre. 

 

AQPA, un soutien de nos alliés du Golfe dans leur guerre au Yémen 

 

Le 26 mars 2015, soit moins de trois mois après les attentats contre Charlie Hebdo, l’Arabie saoudite, les Émirats Arabes Unis et leurs alliés sunnites lancent une intervention militaire au Yémen, qui provoquera les années suivantes une gigantesque crise humanitaire. Comme nous le savons désormais, cette offensive a été militairement appuyée par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne. Or, l’opinion française ignore que, durant cette campagne, des centaines de combattants aguerris et plusieurs chefs de guerre d’AQPA seront financés, armés et protégés par cette « coalition arabe ». En d’autres termes, et avec l’aval du Pentagone, le réseau terroriste à l’origine de l’attentat contre Charlie Hebdo sera ensuite utilisé par l’Arabie saoudite et les Émirats pour contrer les rebelles houthis pro-iraniens. Or, nous allons voir que de nombreux experts occidentaux – y compris l’ex-ambassadeur de France pour le Yémen –, étaient parfaitement conscients de ce trouble jeu de nos alliés du Golfe dès les premiers stades de leur offensive. 

 

En juillet 2015, le chercheur et ancien analyste de la CIA Bruce Riedel souligna sur le site de la Brookings Institution que « la guerre au Yémen [avait alors] un vainqueur local : al-Qaïda. Les Saoudiens [semblaient] étrangement indifférents à cela. Depuis début avril [2015], al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) contrôle la cinquième plus grande ville du Yémen, al-Mukalla, et une bonne partie du gouvernorat de l’Hadramaout – qui est le plus vaste de ce pays et qui abritait environ un tiers de la production pétrolière locale avant la guerre. Al-Mukalla est le deuxième plus grand port yéménite sur l’océan Indien après celui d’Aden. »

 

Cet expert du Moyen-Orient ajouta que, « depuis le début de la guerre au Yémen, la Royal Saudi Air Force et ses partenaires de la coalition n’ont pas ciblé l’émirat d’AQPA dans l’Hadramaout. Il n’a pas du tout été soumis aux bombardements que subissent d’autres villes de ce pays. En conséquence, les déplacés yéménites ont cherché refuge et protection à al-Mukalla. Le port est également resté ouvert à certains trafics, contrairement aux ceux contrôlés par les rebelles houthistes. La volonté manifeste de Riyad de tolérer un bastion d’al-Qaïda à sa frontière sud a suscité des théories complotistes au Yémen, selon lesquelles les Saoudiens considèreraient AQPA comme un allié contre les Houthis, au moins implicitement. » Hélas, ces accusations étaient bel et bien fondées, si l’on en croit celui qui était alors l’ambassadeur de France pour le Yémen, Jean-Marc Grosgurin.

 

Le 6 mars 2016, il déclara devant la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat être au courant que « les forces gouvernementales » soutenues par nos alliés saoudiens et émiratis constituaient alors « un “patchwork” de miliciens » incluant des « islamistes » et des « membres d’AQPA ». Il reconnut même les « relations ambiguës » de ces pétromonarchies vis-à-vis de ce réseau terroriste, mais sans rappeler à nos Sénateurs que cette organisation avait inspiré et commandité l’attentat contre Charlie Hebdo. L’ambassadeur Grosgurin affirma également que les « Émiriens ont (…) une différence majeure avec Riyad : ils ne veulent pas combattre aux côtés d’al-Qaïda. (…) Pour [eux], AQPA est clairement un ennemi. Riyad est plus ambigu à ce sujet (…) Il faut cependant signaler que [l’armée de l’air saoudienne] n’a jamais frappé les sites occupés par al-Qaïda. La ville d’al-Mukalla, chef-lieu de la province du Hadramaout, occupée depuis plusieurs mois par al-Qaïda, n’a jamais été [bombardée] par la coalition. Pour les Émiriens, c’est inacceptable. »

 

Or, si ces derniers considéraient officiellement AQPA comme un ennemi, la réalité du terrain était bien différente. En effet, al-Mukalla fut évacuée quelques semaines après ces déclarations de l’ambassadeur Grosgurin, en vertu d’un accord secret entre AQPA et les Émirats Arabes Unis. Durant leur évacuation, ces djihadistes auraient emporté jusqu’à 100 millions de dollars volés, sans que les drones et les chasseurs américains ne frappent leur convoi. Ignorant manifestement ces liens occultes entre AQPA et les Émirats, notre ambassadeur était toutefois conscient, en mars 2016, de la présence de l’organisation à l’origine des attentats de Charlie Hebdo au sein de la « force gouvernementale » de nos alliés du Golfe au Yémen. Or cette coalition était elle-même appuyée militairement par les États-Unis, la France et la GrandeBretagne. Étrangement, les médias francophones n’ont jamais relayé ces informations, malgré leur tendance à critiquer tout ce qu’ils perçoivent comme une compromission vis-à-vis de l’islam radical. Pour l’instant, la raison d’État s’impose.  

 

AQPA, le symbole de la schizophrénie occidentale  

 

Comme l’avait observé l’Associated Press dans une enquête d’août 2018, « ces accords [entre la “coalition arabe” et AQPA] reflètent les intérêts contradictoires qui sous-tendent les deux guerres (…) menées dans cette région du Sud-Ouest de la Péninsule arabique. Dans l’un de ces conflits, les États-Unis travaillent avec leurs alliés arabes – en particulier avec les Émirats Arabes Unis –, dans l’objectif d’éliminer la milice extrémiste connue sous le nom d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique, ou AQPA. Mais leur plus vaste mission consiste à gagner la guerre civile contre les Houthis, qui sont des rebelles chiites soutenus par l’Iran. Et dans ce combat, les militants d’al-Qaïda sont effectivement du même côté que la coalition menée par l’Arabie saoudite [et les Émirats] donc, par extension, dans le même camp que les États-Unis » et leurs alliés occidentaux.

 

Dans ce même article, des sources anonymes du Pentagone ont reconnu « que la majeure partie des actions entreprises par les États-Unis au Yémen aide AQPA, ce qui provoque beaucoup d’inquiétude en interne (…) Néanmoins, le fait de soutenir les Émirats et l’Arabie saoudite contre ce que les États-Unis perçoivent comme l’expansionnisme iranien est prioritaire vis-à-vis du combat contre AQPA, et même de la stabilisation du Yémen. » Washington, mais également Londres et Paris, sont donc engagées dans deux guerres contradictoires dans ce pays. La première, officielle et revendiquée, consiste à lutter contre AQPA, notamment au moyen de frappes de drones. Mais la seconde, qui n’est pas confirmée par les autorités compétentes, voire démentie par l’Étatmajor français, consiste à appuyer militairement l’effort de guerre de l’Arabie saoudite et des Émirats alors que leur coalition :

 

1) a soutenu financièrement et matériellement des chefs de guerre d’AQPA – tels qu’Aboul Abbas et Adnan Rouzek. Bien qu’officiellement désigné comme terroriste par le cabinet Trump depuis 2017, Abbas continuait de recevoir des millions de dollars et des armes « made in USA » de la part des Émirats en décembre 2018, selon le Washington Post

 

2) a recruté des centaines de combattants d’AQPA pour renforcer ses milices, sachant que ces djihadistes sont aguerris et qu’ils constituent donc un atout précieux sur le champ de bataille ;

 

3) a laissé des factions d’AQPA quitter les zones qu’elles contrôlaient avec leur armement mais, surtout, avec de vastes sommes d’argent. (Lorsque l’on réalise qu’en 2016, AQPA a pu librement se retirer d’al-Mukalla avec un butin de 100 millions de dollars, l’objectif affiché par les Émirats de « briser » cette organisation semble bien relatif) ;

 

4) a été accusée d’avoir illégalement fourni de nombreux véhicules militaires, armements et autres matériels de guerre en provenance des États-Unis et d’au moins huit pays européens aux djihadistes d’AQPA et à leurs alliés extrémistes. Comme l’a souligné CNN en février 2019, « l’Arabie saoudite et ses partenaires de la coalition ont transféré des armes de fabrication américaine à des combattants liés à al-Qaïda, à des milices salafistes extrémistes et à d’autres factions qui font la guerre au Yémen, en violation de leurs accords avec les États-Unis » ;

 

5) a pu agir ainsi sans protestations officielles de Paris et avec l’aval d’un Pentagone qui – malgré des réticences en interne –, s’est abstenu de frapper les convois des miliciens d’AQPA soutenus par nos alliés du Golfe. L’été dernier, en réagissant à la mort de notre confrère Nabil al-Quaety, le Quai d’Orsay a déploré son assassinat en défendant la liberté de la presse. Or, comme l’a souligné Libération, ce journaliste a probablement été tué par les supplétifs djihadistes de nos propres alliés saoudiens et émiratis. 

 

Logiquement, les autorités américaines, françaises et leurs partenaires européens impliqués dans cette sale guerre au Yémen ne se vantent pas de ces compromissions avec leurs clients du Golfe. De son côté, Washington revendique les assassinats ciblés des cadres d’AQPA, comme ce fut le cas en janvier dernier contre l’émir de cette organisation – Qasim al-Raymi. En annonçant cette exécution, la Maison-Blanche avait affirmé que « sa mort dégrade davantage AQPA et le mouvement mondial al-Qaïda, et nous rapproche de l’élimination des menaces que ces groupes représentent pour notre sécurité nationale. Les États-Unis, nos intérêts et nos alliés sont plus sûrs du fait de sa mort. »

 

Fin connaisseur du Yémen, le chercheur Michael Horton estime au contraire que son élimination aura « très peu [d’impact car] (…) AQPA ne s’appuie plus sur un noyau hiérarchique (…) [Depuis 2017,] l’une de ses principales stratégies consiste à répartir ses agents et combattants dans le vaste creuset de forces de sécurité et de milices dans ce pays (…) AQPA et l’État Islamique au Yémen (EIY) ont bénéficié directement et indirectement de l’implication des Émirats Arabes Unis et de l’Arabie saoudite [dans ce conflit]. Quand ils en avaient l’intérêt, ces deux pays ont déclassé la priorité de la lutte contre AQPA en faveur du combat contre les Houthis [pro-iraniens] et la poursuite de leurs propres objectifs au Yémen ». Or, ce soutien d’AQPA offert par l’Arabie et les Émirats n’a jamais convaincu les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France de geler leurs lucratives exportations d’armes vers ces pétromonarchies, ni de stopper leur soutien militaire en faveur de ces opérations. En clair, l’on ne peut être Charlie tout en étant pétromonarchiste, et il est regrettable que nos confrères les plus prompts à fustiger les musulmans sans les distinguer des djihadistes observent un silence religieux face à cette inquiétante schizophrénie occidentale. 

 

Maxime Chaix

 

NDLR : Cet article vous a plus ? Nous vous encourageons à nous soutenir en vous abonnant à notre site, sachant que nos lecteurs sont nos seuls financeurs. Vous pourrez accéder à l’ensemble de nos articles d’actualité, éditos, interviews, enquêtes et analyses approfondies. Nos abonnements mensuels sont sans engagement, et le premier mois d’adhésion est gratuit. N’hésitez pas, plongez avec nous dans les abysses de l’actualité.

 

Shares

Laisser un commentaire

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.