EXCLUSIF : Comment l’« État profond » du Quai d’Orsay a été intégré à une campagne d’infoguerre anglo-saxonne

Shares

En septembre 2019, Emmanuel Macron avait surpris ses ambassadeurs en critiquant ce qu’il nomma l’« État profond », qui envisageait selon lui de saborder ses initiatives de rapprochement avec Moscou. Or, nous avons retrouvé une série de documents fuités en 2018, qui attestent qu’un faux-nez des services anglo-saxons a enrôlé des hauts fonctionnaires dans de nombreux pays, y compris en France, pour amplifier les tensions avec le Kremlin. Hélas, on peine à comprendre l’intérêt stratégique et sécuritaire des pays européens à se couper de Moscou, ce qu’attestent les récentes déclarations du chef de l’État français. Jamais divulgués dans les médias francophones, ces documents nous aident à mieux identifier le réseau désigné comme l’« État profond » par le Président Macron, et à montrer que les influences étrangères exercées sur ses membres ne dérangent pas une presse française pourtant alarmiste sur la question des ingérences russes.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
Shares
Comments are closed.