L’« alliance secrète » entre al-Qaïda et l’Iran : une théorie contestable

Shares

Le 13 novembre, le New York Times affirmait qu’en août dernier, les services spéciaux israéliens avaient liquidé le « numéro 2 » d’al-Qaïda en Iran, et ce pour le compte de Washington. Or, le silence initial des autorités américaines sur cet assassinat et le timing de sa divulgation nous alertent. En effet, des sanctions encore plus dures que les actuelles vont être imposées à l’Iran par le cabinet Trump, qui dénonce depuis 2017 une soi-disant « alliance secrète » entre al-Qaïda et Téhéran. Si une attaque américano-israélienne contre l’Iran nous semble improbable, il est clair que Trump souhaite empêcher une éventuelle administration Biden de revenir à l’accord nucléaire de 2015. Dès lors, nous allons replacer cet article du Times dans le contexte de la longue infoguerre des faucons de Washington et de leurs alliés qui, depuis plus de quinze ans, accusent Téhéran de soutenir al-Qaïda en invoquant des preuves contestables. Décryptage.   

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
Shares
Comments are closed.