Page 1
Par défaut

MBS, le prince du chaos

En 1517, Nicolas Machiavel écrivit qu’il est « très sage de simuler un temps la folie ». Quatre siècles et demi plus tard, Richard Nixon mena une politique étrangère basée sur ce principe, qui visait à faire croire à ses ennemis qu’il était instable et irrationnel afin de leur imposer ses décisions. Cette tactique, que l’on retrouve tant chez Donald Trump que chez Vladimir Poutine, fut appelée la « théorie du fou ». En ayant lancé une guerre des prix du pétrole incroyablement déstabilisante – y compris pour elle-même –, l’Arabie saoudite de Mohammed ben Salmane semble avoir recours à cette ruse afin d’imposer ses conditions à la Russie. Pourtant, les principales décisions de MBS depuis 2015 nous indiquent non pas une « théorie » mais une « pratique du fou », caractérisée par une absence totale de limites – ce que nous allons démontrer à travers dix exemples éloquents. Or, nous constaterons que ses récentes décisions sur les prix du pétrole et la purge d’importants princes saoudiens pourraient lui être fatales. Décryptage. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
Par défaut

Les États-Unis en Afghanistan (partie 2) : plus de 300 000 morts civils en « AfPak » depuis 2001

Après avoir expliqué le rôle central de la CIA dans la création de la future Qaïda, et le soutien des États-Unis en faveur des Taliban jusqu’à l’été 2001, nous poursuivons notre série d’articles sur le bilan catastrophique de Washington en Afghanistan. Dans cette analyse, nous montrerons que les pertes civiles de la campagne afghane lancée par Bush en octobre 2001 sont nettement plus importantes qu’annoncé – d’autant plus que le Pakistan est aussi, depuis 2004, une zone de conflit entre les États-Unis et les islamistes. En réalité, si l’on prend en compte les morts indirectes, le nombre de victimes civiles de cette guerre en « AfPak » pourrait être quatre fois supérieur aux chiffres avancés dans les médias occidentaux – selon les estimations les plus prudentes. Révélations. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
more
Par défaut

EXCLUSIF : Traduction et analyse du témoignage d’un ex-inspecteur de l’OIAC sur l’attaque chimique présumée de Douma

En exclusivité pour les lecteurs de Deep-News.media, nous avons traduit et analysé le récent témoignage de l’ancien expert de l’OIAC Ian Henderson au Conseil de Sécurité. Cette intervention ayant été totalement ignorée par la presse occidentale, nous estimons qu’il est d’intérêt public de relayer son témoignage sur l’attaque chimique présumée de Douma, après une vérification rigoureuse des faits qu’il a rapportés. Si notre démarche ne vise pas à dédouaner Bachar el-Assad de ses crimes, il est alarmant que la presse lui ait attribué aussi hâtivement la responsabilité de cet événement, et que les puissances occidentales aient ensuite frappé la Syrie sur la base de ce qu’une vingtaine d’inspecteurs de l’OIAC considèrent être une manipulation. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
Par défaut

CIA vs. MBS : les coulisses d’une intense guerre d’influence

Depuis que le roi Salmane a écarté Mohammed ben Nayef de sa position de prince héritier au profit de son fils, Mohammed ben Salmane (MBS), la CIA semble n’avoir pas confiance en ce dernier. Alors que Ben Nayef était l’homme clé de l’Agence à Riyad, le prince héritier MBS est de plus en plus fréquemment attaqué dans les médias par la CIA et ses proches partenaires, en particulier depuis l’assassinat de Jamal Khashoggi. Dernier épisode en date : les révélations du présumé piratage, par MBS lui-même, du smartphone de Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde et le patron d’Amazon – mais aussi un partenaire stratégique de la CIA et de la communauté américaine du Renseignement. Dévoilé tardivement par le Guardian, ce potentiel piratage pourrait avoir des conséquences désastreuses pour MBS et ses importants projets de transition économique.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
Par défaut

Des milliers de djihadistes syriens en Libye : un énième retour de bâton pour la France et ses alliés

Alors que, sur le dossier libyen, la Russie peine à imposer un cessez-le-feu entre Fayez el-Sarraj et son rival Khalifa Haftar, le roi de Jordanie vient de nous apprendre que des milliers de djihadistes ont été transférés de la poche d’Idlib vers la Libye – manifestement par les services turcs. Comme nous allons l’expliquer, il s’agit d’un énième retour de bâton suscité par l’interventionnisme occidental dans le « Grand Moyen-Orient ». En effet, dès 2011, la France et ses alliés ont semé le chaos en Libye, avant de soutenir des rebelles anti-Assad dont plusieurs milliers sont désormais utilisés par Erdogan contre nos intérêts. Décryptage.  

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
Par défaut

EXCLUSIF : La longue préméditation de l’assassinat de Soleimani

EXCLUSIF : Nous allons vous exposer un certain nombre de faits troublants, qui attestent de la longue préméditation de l’assassinat de Qassem Soleimani par Israël et les États-Unis – dans le contexte d’une intensive planification militaire entre les états-majors américains et israéliens depuis novembre dernier. Le processus que nous décrirons nous semble être à l’origine de la brusque montée en tension – pour ne pas dire l’état de guerre imminente –, qui oppose désormais l’Iran aux États-Unis et à ses principaux alliés. Or, des hauts responsables américains font fuiter dans la presse des éléments suspects, qui font passer cet assassinat comme un simple coup de sang de Donald Trump. Décryptage. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
more
Par défaut

EXCLUSIF : Au Yémen, l’Occident soutient les financeurs des terroristes anti-Charlie Hebdo

EXCLUSIF. Cette enquête prouve que les États-Unis et la France sont au courant de la présence d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) au sein des milices de la « coalition arabe » qu’ils soutiennent au Yémen. Bien que l’on ignore si l’État français est informé des accords secrets entre cette organisation terroriste et ses alliés de la « coalition arabe », il est avéré que le Pentagone ferme les yeux sur le fait que nos partenaires émiratis et saoudiens renforcent AQPA au Yémen, alors que ce réseau a revendiqué l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
more
more