Page 1
Par défaut

Les liaisons dangereuses d’Israël avec l’islamisme

Il y a quelques jours, l’ancien ministre de la Défense israélien Avigdor Lieberman a révélé que le chef du Mossad et un haut gradé de Tsahal avaient été envoyés par Benjamin Netanyahou au Qatar, et ce dans l’objectif de convaincre cet émirat de poursuivre le financement du Hamas. L’occasion pour nous de revenir sur le rôle central d’Israël dans la création de cette organisation à la fin des années 1970 – une politique imprudente qui a fait souffrir à la fois les Israéliens et les Palestiniens, ce « Frankenstein » islamiste s’étant révélé incontrôlable et dangereux. Comme nous le verrons, ce tragique retour de bâton n’a pas dissuadé le gouvernement Netanyahou de soutenir à différents niveaux la nébuleuse djihadiste anti-Assad, malgré les risques induits par cette politique d’apprentis sorciers. Décryptage. 

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
The end
Par défaut

Pourquoi notre débat public sur le djihad est fondamentalement biaisé

Nous vous présentons une classification inédite des trois principales « écoles » occidentales dans l’étude du djihadisme. Nous verrons que les deux courants dominants dans notre débat public souffrent d’une carence majeure, en ce qu’ils font l’impasse sur une tendance structurelle : l’instrumentalisation, par les puissances occidentales et leurs alliés moyen-orientaux, de milices djihadistes dans plusieurs guerres par procuration depuis la fin des années 1970. Ainsi, nous vous expliquerons pourquoi le courant minoritaire d’analyse du djihad devrait être davantage présent dans le débat public, puisqu’il dénonce ces stratégies clandestines qui menacent notre sécurité collective en renforçant nos ennemis islamistes.  

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
The end
The end
Par défaut

Des milliers de djihadistes syriens en Libye : un énième retour de bâton pour la France et ses alliés

Alors que, sur le dossier libyen, la Russie peine à imposer un cessez-le-feu entre Fayez el-Sarraj et son rival Khalifa Haftar, le roi de Jordanie vient de nous apprendre que des milliers de djihadistes ont été transférés de la poche d’Idlib vers la Libye – manifestement par les services turcs. Comme nous allons l’expliquer, il s’agit d’un énième retour de bâton suscité par l’interventionnisme occidental dans le « Grand Moyen-Orient ». En effet, dès 2011, la France et ses alliés ont semé le chaos en Libye, avant de soutenir des rebelles anti-Assad dont plusieurs milliers sont désormais utilisés par Erdogan contre nos intérêts. Décryptage.  

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
The end
The end
Par défaut

EXCLUSIF : Au Yémen, l’Occident soutient les financeurs des terroristes anti-Charlie Hebdo

EXCLUSIF. Cette enquête prouve que les États-Unis et la France sont au courant de la présence d’al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) au sein des milices de la « coalition arabe » qu’ils soutiennent au Yémen. Bien que l’on ignore si l’État français est informé des accords secrets entre cette organisation terroriste et ses alliés de la « coalition arabe », il est avéré que le Pentagone ferme les yeux sur le fait que nos partenaires émiratis et saoudiens renforcent AQPA au Yémen, alors que ce réseau a revendiqué l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo.

Ce contenu est réservé aux membres du niveau Abonnement mensuel.
Se connecter Adhérer
The end
The end
The end
The end